enchainé par sa chaîne de fabrication ?

des solutions one stop shop de print-management proposées par les prestataires incluant des fonctionnalités de devis, d’envoi de fichiers, de validation en ligne de BAT ont réussi à simplifier le quotidien des équipes market/com mais aussi à rendre captifs – ou du moins clairement dépendants – les clients de telles solutions. Si confort et sécurité sont grandement appréciés par les annonceurs, ils atteignent leurs limites lorsqu’ils s’agit de garder la main en terme d’achats et de gestion de la production. Il convient de prendre en compte l’ensemble de son scope de fabrication pour bien arbitrer ses choix.

En effet, le fait de bénéficier d’un outil gratuit ou largement amorti dans les coûts de production est séduisant dans l’esprit mais cette mise à disposition gracieuse trouve ses limites quand il s’agit de revenir aux fondamentaux de la fonction achat, pourquoi ?

  • Parce que les outils sont évidemment mono-prestataire, multipliant ainsi le risque pour un annonceur d’avoir à gérer plusieurs outils aux fonctionnalités identiques.
  • Parce qu’ils sont souvent limités dans leurs fonctionnalités et construits parfois à l’avantage du prestataire qui impose ses conditions à travers l’outil propriétaire.
  • Parce qu’en privilégiant dans l’outil un mode de travail orienté sur la forme (gérer les urgences) plutôt que sur le fond (produire des assets performants et optimiser son TCO), ces outils ne répondent pas au nécessaire travail de sourcing et de benchmark réalisé par les départements achats.

Aujourd’hui, la multiplication des possibilités fonctionnelles et techniques comme l’agrégation des flux de data hétérogènes au sein d’une seule plateforme tout en gardant une interface « user friendly », permettent aux annonceurs de disposer d’outils ad-hoc.

Ces outils concordent avec les politiques achats internes et les contraintes métiers spécifiques, ce qui permettent aux donneurs d’ordres de reprendre la main sur la gestion de leurs achats et de leur process de production en toute indépendance.Ces nouveaux outils intègrent l’ensemble des besoins de la chaîne de tâches :

  • Gestion en ligne de leur parc prestataires et dispatchs des travaux à réaliser en fonction des contraintes et des grilles tarifaires préalablement définies dans le cadre d’une politique achat ;
  • Signature électronique des devis et BAT en ligne multi-prestataires ;
  • Envoi et validation des PDF imprimables et de bons de réception automatisés afin de faciliter la traçabilité des échanges ;
  • Interconnexion des données permettant de mixer des données de production avec des données de reporting, de ROI et de tableaux de bord (contrôler en temps réel des dépenses engagées).

Dans le cas où d’autres types d’outils, (dont les coûts de déploiement ont pu être conséquents : ERP, PIM, DAM…) sont déjà existants, il est d’autant plus essentiel de garder le contrôle et l’administration de l’ensemble en interne.

par harpagon
rejoignez nous sur LinkedIn