la course aux vendeurs de courses !

qui ira jusqu’à mettre nos courses directement dans nos frigos demain ?
Créatifs, réactifs, la grande distribution est au cœur des nouvelles expériences utilisateurs et ne relâche pas ses efforts pour relever les défis de la digitalisation.

Le e-commerce, un enjeu de taille pour la grande consommation

L’essor du web bouleverse le comportement d’achat du consommateur et représente un réel enjeu pour le secteur du retail qui doit se repositionner sur le commerce en ligne. Les principaux acteurs de la grande distribution mènent une course à l’innovation pour répondre à de nouvelles attentes : praticité et gain de temps dans les achats quotidiens.

Qui sont les acteurs moteurs de la consommation online ?

Les ventes en ligne représentaient 5,8 % du marché de la grande distribution en 2017. D’ici 2025, le secteur devrait comprendre 11 % des ventes effectuées sur le web. La France domine le marché européen avec 6,6 % des ventes faites sur internet, suivie de près par le Royaume-Unis avec 6,3 %.

Le drive tire la croissance de la grande distribution française. Le système de click&collect participe à l’essor du e-commerce alimentaire et porte la croissance de la grande distribution avec une dynamique de + 8,5 % en 2017, soit 5 % de part de marché. 

On retient également que le système promotionnel impacte beaucoup plus les ventes drive qu’en hypermarchés ou supermarchés : selon Nielsen, 13,5 % des ventes se fait sous promos sur le circuit du drive, quand ce chiffre s’élève à 12,5 % pour les hypermarchés et les 9,5 % pour les supermarchés, entre mai 2016 et 2017.

La grande distribution contrainte de restructurer son modèle 

L’omniprésence du web pousse les groupes à multiplier leurs initiatives. D’ici cinq ans, Carrefour aspire à devenir le leader français du e-commerce et investit 2,8 milliards d’euros dans le digital. Aucun hypermarché ne prévoit de fermeture mais 100 000 mètres carrés seront réalloués d’ici 2020 (le Parisien). 

En revanche, lundi 11 juin 2018, le distributeur a annoncé vendre, à partir de début 2019, ses produits via trois canaux numériques du géant américain Google : l’enceinte connectée Google Home, l’assistant Google, présent sur les smartphones, montres ou téléviseurs connectés, et la plateforme de commerce en ligne Google Shopping, qui sera dotée en France d’une nouvelle interface pour gérer les listes de courses, notamment de produits frais.

De son côté, le Groupe Casino s’allie aux cybermarché britannique Ocado pour développer le e-commerce alimentaire de Monoprix. L’objectif ? Construire d’ici 2019 une plateforme logistique en région parisienne, capable de préparer les livraisons en moins de six minutes. Amazon se chargera de la livraison express dans Paris et sa proche banlieue. Une véritable course contre la montre est lancée. À suivre…

par harpagon
rejoignez nous sur LinkedIn